le 7
mars à Saint-Chamond
  et  8 avril
à Neuilly

 

Yvette et Sigmund

Ou

 Les Gants noirs
de la Psychanalyse

*

FREUD à Neuilly

Théâtre Le Village de Neuilly sur Seine

Mardi 8 avril 2008

21h

 

Yvette et Sigmund

Ou

 Les Gants noirs
de la Psychanalyse

 

Fantaisie lyrico-pseudo-psychanalytique pour chanteuse et
percussionniste.

Au
début du mois d’août 1889, Sigmund Freud passa quelques jours à Paris pour
participer au Congrès International d’hypnotisme. C’est là qu’il découvrit
Yvette Guilbert, alors âgée de 24 ans, qui triomphait à l’Eldorado et était
adulée de toute l’intelligentsia de son temps, grâce à un répertoire de
chansons “irrévérencieuses” qui fustigeaient les vices et les obsessions
sexuelles de ses contemporains. Ce fut le début d’une amitié qui devait durer
jusqu’à la mort de Freud. En 1931, à la suite d’un concert d’Yvette à Vienne,
Freud écrivit à l’époux de celle-ci, Max Schiller (un autre médecin de langue
allemande) pour lui suggérer une interprétation psychanalytique de l’art de
cette actrice extraordinaire. Apparemment, Yvette résista vigoureusement à ses
conceptions. C’est, intriguée par cette relation, faite d’admiration mutuelle,
d’amitié et, peut-être, d’une fondamentale incompréhension, qu’Hélène Delavault
a imaginé cette répétition conflictuelle entre la diva aux gants noirs et un
pianiste névrosé (très), enthousiaste  de
sa découverte de la psychanalyse, qui tente (très abusivement !)
d’analyser les chansons (désopilantes) de la dame.

 

D’Hélène Delavault

Collaboration à la mise en scène Jean-Claude Durand

Avec Hélène Delavault et Jean-Pierre
Drouet

Durée : 1h20

Tarifs : Plein
20,50 € – Réduit 18,50 €

Moins de 26 ans 14 €

 

Réservations

Au guichet : 4, rue
de Chézy

92200
Neuilly-sur-Seine

Par téléphone : 01 55
62 60 35

 

(Uniquement aux jours
et heures d’ouverture des locations).

Par e-mail : theatre@ville-neuillysurseine.fr

Réservations du mardi au vendredi de 14h à 18h.

(La billetterie est fermée pendant les vacances scolaires et les jours
fériés).

 

* Familles
nombreuses, seniors, demandeurs d’emploi et groupes à partir de 10 personnes.

** Familles
nombreuses et groupes à partir de 10 personnes.

 

Théâtre LE VILLAGE

4, rue de Chézy

Accès : Métro Sablons / Bus : 43 – 82 – 174

Parking du Roule

Entrée : 135, avenue du Roule

 

 

 

LE FIGAROSCOPE  – 29-11-06

« Yvette et Sigmund »
Les deux font la paire


Par JEAN-LOUIS PINTE (mercredi 29 novembre 2006)

Au mois
d’août 1889, de passage à Paris, Sigmund Freud, sur les conseils de Mme
Charcot, se rend au café concert l’Eldorado pour écouter une chanteuse
débutante. Elle s’appelle Yvette Guilbert. Le psychanalyste se prend de
passion pour elle. Il gardera, accrochée au mur de son bureau, une photo
qu’elle lui a dédicacée. Yvette rencontrera Freud lors d’un voyage à
Vienne, où il viendra une fois de plus l’écouter chanter, puis ils
entretiendront une correspondance assez suivie. Ces relations peu connues
ont inspiré à Hélène Delavault ce spectacle intitulé « Yvette et Sigmund,
ou les gants noirs de la psychanalyse ». Elle imagine une répétition entre
Yvette et son accompagnateur Léon qui connaît son Freud par coeur. Un Freud
qui cherche par l’analyse à savoir ce qui fait le succès d’Yvette, alors
qu’elle ne revendique que son travail
.

CRITIQUE. Un pur délice. Un vrai régal ! Ce
spectacle vif et intelligent, plein de grâce est un véritable enchantement.
D’un côté, Hélène Delavault, qui connaît son Yvette Guilbert sur le bout
des notes, lui en restitue avec ironie les parfums d’interdit, d’amours
canailles. De l’autre, Jean-Pierre Drouet, musicien, créateur d’oeuvres de
Bério et de Boulez, ici présent comme accompagnateur dans le style cabaret
1900. Musicien doublé d’un comédien drôlement doué, d’un jeu roué et
fripon, leste dans son corps comme dans sa voix. Affrontement délicieux où
la chanson répond à l’analyse avec insolence et prolonge un propos qui a
parfois des accents surréalistes. La musique est enjouée, les paroles
lestes et le bonheur communicatif. Merci Yvette, merci Sigmund. Ces deux-là
font la paire !

 


 

 

 

 

 

                                                                                                   

Publicités