Ecole de Psychanalyse Sigmund Freud

 

Séminaire 2006 2007

De Françoise Meyer 

L’opéra, un art de la scène …

 

 

¯¯

 

Le O7 mars prochain, entre perceptions et traces mnésiques, je me mettrai notamment dans les pas de Freud, sur ses traces, pour réinterroger notre rapport à la musique et à la mise en scène ? Au-delà de la perception on peut se demander quelle rencontre espère l’amateur d’opéra ?  Je poursuivrai un parcours entre traces et jouissance pour tenter de penser à propos, autour, de l’objet voix, objet concerné au premier chef par la pratique analytique.  FLM. 

 

¯¯

« Les Sirènes : il semble bien qu’elles chantaient, mais d’une manière qui ne satisfaisait pas, qui laissait seulement entendre dans quelle direction s’ouvraient les vraies sources et le vrai bonheur du chant. Toutefois, par leurs chants imparfaits qui n’étaient qu’un chant encore à venir, elles conduisaient le navigateur vers cet espace où chanter commencerait vraiment. Elles ne le trompaient donc pas, elles menaient réellement au but. Mais, le lieu une fois atteint, qu’arrivait-il ? Qu’était ce lieu ? Celui où il n’y avait plus qu’à disparaître, parce que la musique, dans cette région de source et d’origine, avait elle-même disparu plus complètement qu’en aucun autre endroit du monde : mer où, les oreilles fermées, sombraient les vivants et où les Sirènes, preuve de leur bonne volonté, durent, elles aussi un jour disparaître ».  Maurice Blanchot, le chant des Sirènes  dans Le livre à venir (Gallimard 1959). Folio/essais 2005. P9.

¯¯

 

 

Les séances auront lieu les premiers mercredis du mois, en dehors des vacances scolaires parisiennes, de 21 h à 23 h.  

 

2007 : 07 mars,

 

04 avril, 02 mai, 06 juin.  

 

Le lieu :

FIAP 

30, rue Cabanis

75 014 Paris (01 4313 1700)

 

Salle Rome

 

Information : Françoise Meyer 01 4356 1645 et 06 1162 6000

 

Invités : avril, Serge Hajlblum, mai, François Dachet

Publicités